La dissuasion nucléaire, plus vite, plus loin, plus fort.
On 15 novembre 2020 | 0 Commentaires

Interview du général de corps aérien, Bruno Maigret, commandant les Forces Aériennes Stratégiques.

Extrait de l’interview parue dans Air&Cosmos 2708 du 30 octobre 2020, spécial armée de l’Air française

• Pouvez-vous nous présenter les missions et l’organisation des FAS ?
Les FAS, c’est la composante permanente de la dissuasion nucléaire aéroportée. Avec nos homologues de la Fost (Force océanique stratégique), elles garantissent la survie de la nation en toutes circonstances. Elles protègent la France contre toute agression d’origine étatique contre ses intérêts vitaux, d’où qu’elle vienne et quelle qu’en soit la forme, et préservent en toutes circonstances la liberté d’action et de décision du président de la République, en écartant toute menace de chantage qui viserait à paralyser la nation. Une des meilleures définitions que l’on peut donner pour cette mission est : « Juin 1940, plus jamais cela. »

Clé de voûte de la stratégie de défense nationale

Depuis le 8 octobre 1964, les FAS tiennent la posture de dissuasion, c’est-à-dire qu’en permanence elles sont capables de répondre aux ordres présidentiels, dans des délais prescrits, avec des moyens définis et selon des plans établis. La dissuasion nucléaire, clé de voûte de la stratégie de défense nationale, repose sur sa crédibilité politique, technique et opérationnelle, et le métier du GCFAS, sa raison d’être, c’est bien de garantir cette crédibilité opérationnelle. C’est pourquoi, dans le domaine de la dissuasion, les FAS sont à la fois un commandement organique et opérationnel : elles planifient, préparent et entraînent, sous l’autorité du CEMA, les moyens dans une logique de très haute intensité.

Nos avions sont duaux

Cependant, nos avions sont duaux : ils contribuent donc à l’ensemble des missions conventionnelles de l’Armée de l’Air et de l’Espace (AAE) : police du ciel, opérations extérieures, projection de force et de puissance et évacuation sanitaire, comme le MRTT l’a démontré au mois de mars et avril dernier. Dans ce cadre, sous l’autorité du CEMAAE, le GCFAS doit préparer les Forces pour les autres commandements opérationnels qui les emploient. Ainsi, en termes d’organisation, les FAS disposent d’un Etat-Major, avec une brigade soutien à l’activité pour s’assurer de la préparation des Forces, et d’une brigade opérations, véritable centre nerveux fonctionnant 24 heures sur 24, dont la mission est la préparation et le suivi des plans.

Enfin, trois bases aériennes à vocation nucléaire (BAVN) – Saint-Dizier, Istres et Avord – accueillent respectivement nos Rafale biplaces (B), nos avions ravitailleurs C135 et MRTT, ainsi que d’autres moyens spécialisés. (…)

Retrouvez l’interview du Général Bruno Maigret dans son intégralité au sein de l’édition de 80 pages spéciale “Armée de l’Air” d’Air&Cosmos du 30 octobre 2020. Rendez-vous ICI.