Il y a 5 ans dans Air&Cosmos : l’Onera cherche à réduire le bruit
On 1 décembre 2020 | 0 Commentaires
Air&Cosmos n°2479 (numérique)
Air&Cosmos n°2479 (numérique)

Nouveau département d’aéroacoustique

Réduire le bruit. En juin 2015, un nouveau département d’aéroacoustique a été créé au sein de l’Onera. Son but : fournir outils et pistes de réduction de bruit des appareils, de leurs éléments moteurs dès leur étude, et même avant. Depuis plus de vingt ans, la communauté aéronautique, qu’il s’agisse des constructeurs, des centres de recherche, des régulateurs et/ou opérateurs de trafic, s’efforce de réduire les nuisances générées par le bruit des avions. En Europe, l’Acare (Advisory Council for Aeronautics Research in Europe) a fixé pour objectif ambitieux une réduction de 50 % du bruit perçu entre 2000 et 2020, objectif porté à 65 % à l’horizon 2050.

Denis Gély, directeur du département aéroacoustique de l’Onera

« 50 % de bruit en moins représentent – 10 EPNdB (niveau de bruit effectivement perçu), soit – 0,5 EPNdB chaque année. Une contrainte de taille, car si, au départ, les premiers EPNdB étaient faciles à gagner, plus le temps passe et plus les derniers ½ dB sont durs à gagner », commente Denis Gély, directeur du département aéroacoustique de l’Onera. « En ce qui concerne les objectifs Acare, on pense gagner, sur les 10 EPNdB concernés, 6 par le biais de la technologie, soit la réduction du bruit des moteurs, du bruit de la cellule, du bruit généré par les volets…, 2 par les procédures, 2 autres par les nouvelles architectures d’avions, d’ici à 2020, en se servant par exemple de l’empennage comme écran pour le moteur. La rupture technologique pour obtenir des gains de 15 dB à l’horizon 2030-2050 reposera sur la propulsion répartie, les ailes volantes ou les empennages en U avec moteurs dans l’empennage », ajoute Denis Gély.

Retrouvez le dossier d’Antony Angrand, Rédacteur Programmes et Développement d’Air&Cosmos, dans son intégralité dans Air&Cosmos 2479 du 4 décembre 2015.

Rendez-vous ICI